Venez apprendre à écrire!

Des exercices quotidiens pour apprendre à écrire ou développer un talent naturel.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La religieuse

Aller en bas 
AuteurMessage
Flavia
Admin
avatar

Nombre de messages : 220
écrivain fétiche : Armistead Maupin, Del Pappas
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: La religieuse   Mer 3 Mai à 20:51

Il faisait froid, enfin, elle avait froid. On avait beau être au mois de juillet, il faisait toujours froid dans sa cellule. Elle regarda autour d’elle. Et ce qu’elle vit lui la fit frissonner, comme à chaque fois. 4 murs gris, un carré presque parfait. En face d’elle, une lourde porte de bois de style gothique lui permettait d’entrée dans ce qui lui servait de chambre. La porte était rectangulaire. Au centre, deux portraits d’hommes saints étaient sculptés dans le bois, leurs visages au milieu d’un cercle rehaussé d’ornements. De part et d’autres de ces visages, dans le sens de la longueur, on voyait 4 rectangles striés. Tout autour du cadre, on avait gravé des fleurs de lys. Pour ouvrir ou fermer, il suffisait d’actionner le loquet, ma serrure, malgré que celle-ci soit ornée d’une clé, était inutilisable depuis longtemps. La pièce elle-même était pauvrement meublée. Un lit une place rudimentaire composé d’un sommier en fer et d’un matelas assez peu confortable trônait dans le coin droit, sous la meurtrière que certaines ici appelaient « fenêtre ». Face à la tête du lit, un crucifix en bois surveillait ses moindres gestes. Pour terminer, une petite table de bois et une chaise servaient de bureau pour la correspondance. Le sol, lui, était en pierre brute, prier à genoux était à chaque fois un moment de douleur. Elle avait pris le voile lorsqu’elle avait eu 18 ans, ce qui était jeune de nos jours. Un jour, une des « âmes égarées », comme les appelait la mère supérieure, dont elle s’occupait au centre social du quartier lui avait demandé :
« Pourquoi t’es devenue bonne sœur ? »
Cette question l’avait un peu prise de cours.
Elle était née il y a maintenant 30 ans dans une famille profondément catholique. Ses parents étaient de fervents bigots. Elle avait été baptisée, communiée, confirmée, elle passait tous ses dimanches à la messe depuis ses plus lointains souvenirs. Elle n’avait jamais remis en question les principes qui lui avaient été inculqués. Elle était l’aînée de la famille, la seule fille et la moins rebelle. Ses parents avaient toujours souhaités que l’un de leurs fils devienne prêtre mais les garçons avaient fait un rejet total de tout ce que pouvait représenter le catholicisme dans leur vie et dans celle de la société dès le début de leur adolescence. Son plus jeune frère, Pierre, était athée, homosexuel et militait pour des associations de toutes sortes mais libérées de toute connotation religieuse. Le cadet de la famille, Jean, avait sombré dans la drogue et avait vécu une vie d’errance et d’erreurs avant de mourir d’une overdose 5 ans auparavant. Ses parents, eux, étaient de modestes libraires spécialisés dans la littérature directement ou indirectement liée aux religions. Ils avaient assez mal vécu le mode de vie de leurs deux enfants. Ils n’avaient pas adressé la parole à Pierre depuis qu’il avait fait son coming-out et ils n’avaient même pas assistés à l’enterrement de Jean et avaient trouvés très déplacé que leur propre fille organise une messe pour recommander son âme à dieu. Bref, son entrée dans les ordres lui avait semblé une suite logique à son enfance et à son éducation. D’abord, elle s’appelait Marie. Elle allait au catéchisme depuis toujours. Elle avait la foi, elle avait toujours cru en Dieu. Elle adorait ses parents et était très proches de son père et lui faire plaisir avait toujours été un des buts de sa vie. Du coup, cela lui avait semblé être une décision logique. Elle s’était préparée à la vie austère à laquelle elle se promettait. Elle savait que prendre le voile signifiait le renoncement aux biens matériels de ce monde, que son âme, son corps et son esprit devaient uniquement servir Dieu. Prier à genoux sur le sol en pierre faisait parti des petits trucs qui servaient à éprouver sa foi.
Mais, depuis quelques temps, elle ne savait plus trop où elle en était dans sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apprentis-ecrivains.cultureforum.net
 
La religieuse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Medaille religieuse Pie IX
» Le vocabulaire dans l'architecture médiévale (religieuse)
» [Diderot, Denis] La religieuse
» Médaille religieuse - S. Stanislao de Kotska
» Le grillon et la mante religieuse...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Venez apprendre à écrire! :: Divers et variés :: Ce que j'écris-
Sauter vers: