Venez apprendre à écrire!

Des exercices quotidiens pour apprendre à écrire ou développer un talent naturel.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Absent

Aller en bas 
AuteurMessage
Thers
plume de bronze
avatar

Nombre de messages : 10
écrivain fétiche : Edmund White
Date d'inscription : 29/04/2006

MessageSujet: L'Absent   Ven 5 Mai à 21:27

Depuis cette nuit là, je te cherche mais ne trouve pas. Ce matin, je fis un bon quand le réveil sonna. Tu n’étais pas là. Où étais-tu ? Où étaient tes baisers et ton souffle amoureux que tu envoyais dans mon cou pour me sortir de mes songes. J’étais perdue dans notre grand lit vide de ta présence et froid de ton absence. Je te cherchai des yeux, des mains et du corps mais tu restas introuvable. Je cherchai ton odeur dans les draps, ton emprunte sur l’oreiller, ta chaleur sur le mur égratigné de l’ardeur de nos étreintes. Ma main glissa du bout des doigts sur le mur sec. La tapisserie n’avait pas retenu aucuns effluves de notre amour. Les griffures infligées au papier peint étaient le seul vague souvenir tactile de nos jouissances qui me parvenait encore. Autour du lit, tes habits ne jonchaient plus le sol. Pas une chaussette. Rien. Ta penderie était vide.

Depuis cette nuit là, je te cherche mais ne trouve pas. Dans la salle de bains, l’asphyxiante chaleur, engendrée par la fumée échappée de la douche que tu prenais bouillante, laissait la place au froid glacial du vide qui dépasse l’espace de la pièce pour s’infiltrer en mon cœur. Le miroir était net, sans buée. Je m’y suis vue. Mon Dieu ! Je comprends mieux pourquoi tu es parti. Quelle sale gueule ! Devant la glace, je croulais sous les cernes et les rides. Mes yeux tombaient comme ceux d’un cocker. Ma peau flaque dégoulinait de mon visage comme celles des poupées de cire restaient trop au soleil. Elle s’entassait dans un double menton qui rendrait jalouses toutes les tortues centenaires. Malgré une incessante gymnastique faciale, mon sourire resta mort. Dégoûtée par cette vision, je me résignai à prendre une douche. Le sol était parfaitement sec. Mes pieds accrochaient. J’ouvris le robinet d’eau chaude. L’eau glacée qui en jaillit me contraignit à reculer d’un pas. Maintenant que tu n’es plus là, il faut attendre pour avoir de l’eau chaude. Sous la douche, je n’entendais plus l’écho de ta voix qui me racontait tes rêves de la veille. Les odeurs de ton après rasage et de ton parfum ne parvenaient plus jusqu’à mes narines.

Depuis cette nuit là, je te cherche mais ne trouve pas. En peignoir de bain, j’errai dans l’appartement les yeux clos à la recherche de la cuisine. Toutes les senteurs de café chaud, de miel des Alpes et de pain grillé qui me guidaient jusqu’à elle ne serpentaient plus à travers les couloirs. Après un long moment d'égarement, je la localisai enfin. Il y régnait une grande tristesse. Elle était toute grise. Où étaient toutes les couleurs qui m’accueillaient chaque matin, celles de la nappe, des tasses, des serviettes, des couverts, des pots de sucre, de confiture et de miel ? Le silence aussi présidait. La cafetière ne chantait plus. Le pain ne crépitait plus dans le toaster. Le plus insoutenable était l’absence du raclement de ta cuillère contre les parois de ton bol quand tu mélangeais tes deux morceaux de sucre à ton café. Même l’horloge accrochée au dessus de la fenêtre n’égrainait plus les secondes. En regardant ma montre oubliée sur la table, je constatai que je n’avais plus le temps de tout sortir. Il me fallait me préparer avant que je sois en retard au bureau.

Depuis cette nuit là, je te cherche mais ne trouve pas. De retour dans la chambre, un dilemme se posa à moi : tailleur beige avec jupe ou vert d’eau avec pantalon. J’hésitai. Machinalement, la question du choix sortit de ma bouche pour ricocher dans l’appartement sans obtenir la moindre réponse. Ton regard si rassurant et ton goût si juste qui me permettait d’affronter le monde extérieur avec sérénité ne purent m’aider cette fois. Il n’y avait plus que le miroir comme seul critique de mon apparence. Pressée par le temps, j’attrapai mon sac et les clés et courus jusqu’à la porte. La main sur la poignée je me retournai alors pour t’embrasser. Mes lèvres à l’aveuglette cherchèrent désespérément ton contact. Mais en ouvrant les yeux, comme surprise de ne pas te trouver, je me rendis à la raison. Tu étais parti. Mais pour où ? Avec qui ? Et surtout pourquoi ? Soudain, un sentiment de malaise et de culpabilité me traversa les sangs. J’avais alors l’impression que tout l’appartement me rejetait. C’était comme si chaque chose, chaque meuble, chaque bibelot t’avaient entièrement adopté et me rendaient responsable de ton départ inattendu. Dans la voiture mes interrogations ne cessaient de ricocher dans ma tête. Elles s’entremêlaient sans pour autant trouver de réponses satisfaisantes.

Depuis cette nuit là, je te cherche mais ne trouve pas. Au bureau, chacun de mes bonjours obtinrent pour toute réponse que des regards attristés et des mines abattues. Qu’est ce qu’ils avaient tous ? Dans mon dos, j’entendais des chuchotements et des brides de phrases du style : « la Pauvre ! », « après ce qui s’est passé… » « Quel courage ! ». Incroyable ! On dirait que ton absence était incrustée sur mon front. Installée derrière les commandes de mon amant virtuel, comme tu aimais à l’appeler, je guettais la moindre manifestation de mon téléphone. Mais rien, pas un appel. Mon attention me détournait complètement de ma tache. A midi, Cat déboula dans mon bureau. Voyant que je n’avait rien ouvert depuis mon arrivée, elle me proposa, en excellente amie qu’elle est, un petit repas dans un restaurant qu’elle avait découvert la veille avec sa cent cinquante quatrième conquête de l’année. Elle devait avoir dans l’idée de me raconter ces dernières aventures sentimentales et sexuelles, histoire de me changer les idées. Ca aurait pu marcher si tu n’avais pas monopolisé toutes mes pensées.

Depuis cette nuit là, je te cherche mais ne trouve pas. Le restaurant avait l’air plutôt mignon. Soudain, j’eus des réticences à entrer. Cat m’empoigna par le bras et me tira à l’intérieur. Je dois avouer que je ne suis jamais rentrer dans un restaurant sans toi. On s’assit à une table en retrait des autres. Trop préoccupée par mes pensées, je ne prêtai aucune attention au serveur qui venait prendre la commande. Cat s’occupa de commander pour moi. J’acquiesçai simplement d’un petit hochement de tête à la fin de chacune de ses phrases. Durant tout le repas, Cat fit toute la conversation. J’avais les yeux dans le vague. Je voyais bien ses lèvres bouger mais aucuns sons ne parvenaient jusqu’à mes oreilles mis à part … ta voix. Je l’entendais très distinctement comme si elle sortait de la bouche de Cat. Elle ranima en moi tant de souvenir, de moment de bonheur. Il y avait notre rencontre sur le pont, merveilleux instant où par un simple regard des destins entier peuvent être scellés. Vint ensuite la magie de tes premiers mots d’amour que tu prononças en m’offre une fleur de trèfle. Puis, la fois où par une gentillesse exquise tu m’avais invité chez toi pour goûter à tes talents culinaires un peu carbonisés ce soir là. Il y eu aussi cet instant féerique où tu me fis visiter notre futur appartement, sans oublier toutes ces nuits d’amour et d’autres moments apparus en flash. En fait, chaque seconde passée à tes côtés est par définition un instant de bonheur à l’état pur. Il fallut que Cat me frappe sur la main pour que je sorte de mes rêves. Elle me fit aussi remarquer que je ne l’écoutais plus. Malgré mon insistance à lui dire le contraire, elle me prouva que j’avais tord. En effet, elle me rappela ses derniers mots qui évoquaient la manière avec laquelle elle s’était fait sodomiser par une souris. Mon manque de réaction à la première écoute lui avait mis la puce à l’oreille. En théorie, elle s’attendait à me voir bondir. Mais comme j’étais restée inerte, elle en concluait que ça n’allait pas. En fait, ses mots me traversaient entièrement sans jamais m’atteindre. Alors, elle me demanda ce qui n’allait pas. Je lui répondis par un sourire amical, mon fameux sourire qui a le don de grossièrement camoufler mes peines. Il n’eut aucun effet sur elle. Avec le temps, elle n’était plus dupe. Elle savait pertinemment à quoi je pensais : à toi. Avec une grosse voix de maîtresse, elle me fit une fois de plus la leçon. Elle me dit que c’était inutile, que puisque tout s’était déroulé il y a un mois il fallait que je tourne définitivement la page. Elle m’expliqua aussi que je n’avais pas à me sentir coupable parce que rien n’était de ma faute. Pour finir, elle me saisit les deux mains afin de capter toute mon attention. Elle me fixa du regard et me dit que le ressassement répéter de ton souvenir ne te ferait pas revenir. Elle finit en me faisant comprendre qu’il fallait que je change d’air. Je hochais de la tête en acquiesçant quelque chose que je n’admettais pas. Je voulais juste qu’elle me laissa tranquille. Mais, je ne pouvais m’empêcher de repenser à ce qu’elle m’avait dit. Un mois ? Un mois déjà ! Un mois que tu m’as quittée. Mais où es-tu ? Que fais-tu ?

Depuis cette nuit là, je te cherche mais ne trouve pas. Une fois rentrée du bouleau, je n’eus pas le courage de me faire à manger. Je partis directement m’affaler sur le lit. Je ne mis pas longtemps à m’endormir. Dans l’obscurité de mon esprit livré à Morphée, je vus ton visage en sueur, tes yeux restant difficilement ouvert, tes lèvres remuant au ralenti, ta main tendue vers moi. Tu semblais si faible, si vulnérable. Tu me souris et brusquement ton image commença à s’enfoncer comme aspirée par le vide. Tu t’éloignais doucement de moi. Alors, je criai ton nom. Plus il retentissait et plus tu t’éloignais comme repousser par mon appel. Quand ton image eut disparu alors tout devint rouge sang. Effrayé, je me réveillais en sursaut. Tout était revenu. À partir de cet instant, je sus ce qu’il s’était passé. Tout était clair.

* *
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thers
plume de bronze
avatar

Nombre de messages : 10
écrivain fétiche : Edmund White
Date d'inscription : 29/04/2006

MessageSujet: Absent suite et fin   Ven 5 Mai à 21:27

Cette nuit là, tu avais décidé pour une raison que j’ignorais d’aller au restaurant. Tu devais m’annoncer une nouvelle. C’est ce que tu m’avais dit quand je rentrai ce soir là du bureau. Je mis ma plus belle parure vestimentaire et nous partîmes. Je ne savais pas encore que dans quelques heures ce serait fini entre nous. Tu avais l’air si heureux pourtant. Sans une explication de plus de ta part, nous montâmes en voiture. Durant tout le trajet, tu ne soufflas mot. Ton regard se fixait sur l’asphalte comme un acteur se concentrant avant de jouer le rôle de sa vie. Tu semblais te répéter le texte que tu m’avais préparé pour vérifier si l’ordre des mots était le plus parfait. Tu garas la voiture à une rue du restaurant. Comme à l’accoutumer ton créneau était impeccable et réussi du premier coup. Tu descendis, fis le tour de la voiture par l’arrière. Dans le rétroviseur, je te voyais t’encourager en serrant les poings dans un geste de vainqueur. Tu t’arrêtas devant la porte du passager pour me faire descendre, tel une star de cinéma qui descend de sa limousine à Cannes. Tu m’avais pris la main pour me faire descendre. Je te regardais tu étais si beau ce soir là. Je revois encore tes yeux couleur bois soulignés par cette teinte de vert. Ils avaient le don de m’hypnotiser. Pourtant, ce soir là il y avait quelque chose en plus. Ton regard était étrange et brillait d’une étincelle inquiétante car je ne l’avais jamais vue auparavant. Tu me tenais tout contre toi. Tu aurais pu m’embrasser… mais tu ne le fis pas. Cela me surpris de ta part. Je te vis alors partir vers le restaurant. Interloquée et immobile je restais devant la voiture attendant un geste tendre de ta part. Voyant que je ne te suivais pas, tu revins sur tes pas. Je constatais enfin que tu sollicitais un peu d’intérêt à ma personne. Mais je me trompais bien. Arrivé à ma hauteur, tu te penchas sur moi. Fébrile et le cœur palpitant j’attendais les yeux mi-clos un de tes baisers. Que ne fut pas ma surprise d’entendre, après avoir senti le frôlement de ta main sur ma hanche, le claquement de la portière de la voiture. Puis, tu reculas pour admirer mon air désappointé qui semblait beaucoup t’amuser. Par moment tu pouvais être un véritable monstre. Après cet instant ma vie ne fut plus du tout la même.

Cette nuit là, comment pouvait-il s’appelait ? Je n’ai jamais su la réponse. Peut-être Ted… Jo… Jed… ou un de ces prénoms américains qui font d’un pauvre type un caïd. Il avait l’air d’un rebelle passe-partout. On était encore à proximité de la voiture lorsque nous l’eûmes croisé. Son attitude attira ton regard. L’air de rien, il devait nous observer depuis un moment.

Cette nuit là, ce jeune de 17-18 ans en tee-shirt, treillis et basket bouleversa nos vies. Dans la brève image qu’il me reste de lui il était grand, maigre, le regard égaré dans un autre monde. Il devait certainement être en manque car il tremblait et suait tout autant. Il tremblait encore plus lorsqu’il sortit son arme à feu.

Cette nuit là, il agitait son arme devant nous en réclamant de quoi le calmer. Le tremblement du petit était tel que le canon qui luisait sous la lumière du réverbère, laissait une légère traînée. Il me visait avec tant de nervosité que le coup parti tout seul.

Cette nuit là, un coup de feu retentit dans toute la rue. Le bruit de la détonation m’assourdit sur le moment. Pétrifié de terreur, je n’eus que le réflexe de crier pour me défendre. Le temps sembla alors s’étendre à l’infini. Le gamin effrayé s’enfuit en courant. Chacun de ses pas se décomposaient comme s’il courait au ralenti. Je le regardais s’éloigner. Pétrifiée, je ne pouvais rien faire d’autre que de crier. Je restituais chaque son avec une extrême difficulté. Et toi. Toi que je chérissais de tout mon corps, de tout mon cœur, tu t’effondrais en douceur sans que je ne pus rien faire. Touché à l’abdomen, tu te vidais par grand flot de sang.

Cette nuit là, ton sang imprégna mes habits jusqu’à en remplacé la fibre même. Je te serrais tout contre moi pour empêcher ta vie de s’échapper de ton enveloppe corporelle. Je te demandai alors pourquoi. Pourquoi avais-tu fait ça ? Bien que souffreteux et fiévreux, ta réponse fut claire. Tu souris et me dis que c’était pour le bébé. Je ne voulus pas te montrer mon désespoir, alors, tout en tentant de retenir mes larmes au maximum, je souris pour t’apaiser. Tes yeux perdirent peu à peu de leur étincelle de vie. Je te sentais glisser vers un monde dont l’accès m’était interdit. J’avais beau te serrer, t’étreindre, rien ne pouvais plus te retenir au près de moi.

Cette nuit là, le silence revenait enfin. Pourtant, dans ce calme morbide retentit un vacarme d’espoir, mon dernier espoir. L’ambulance alertée par le voisinage arrivait. Tout à coup, tout s’accélérait. Sans que je ne compris comment on t’arracha de mes bras. Je les voyais s’agiter auprès de toi comme des fourmis autour d’une tartine de confiture. La police ne tarda pas à faire son apparition. Je ne supportais plus ce tumulte. Je voulais que tout revienne en arrière. J’essayais de m’isoler au maximum de la réalité qui m’entourait. Soudainement le temps se scindait en deux vitesses. Ainsi, tout ceux qui gravité autour de toi était pratiquement imperceptible à l’œil humain tant leur vitesse d’action était grande. Moi je restais dans un ralenti passif comme absente de cette scène dont je refusais l’existence. Il y avait bien des flics qui tentaient de me ramenaient au monde concret mais je ne voulais pas revenir. Je restais sourde à toutes leurs questions. Dans mon autisme, j’entendais encore tes derniers mots dont je cherchais encore le sens. En un instant, étourdi par tout ce désordre, je me sentis partir vers un autre univers. Dans l’obscurité où je me trouvais à présent, je t’entendis m’encourager à me réveiller. Tu me disais que je n’avais pas le droit de me laisser aller, qu’il fallait que je vive pour toi, que je n’avais pas à commettre l’irréparable pour te prouver mon amour puisque tu l’avais déjà plus que ressenti durant nos trois années de vie commune. Alors, tu m’embrassas. Un souffle de vie me traversa de part en part. Je me réveillais dans l’ambulance avec un masque à oxygène sur le visage. A côté de moi se trouvais un ambulancier et un psy. J’arrachai vivement le masque et m’assis sur le brancard pour réaliser où j’étais. Je ne sais plus lequel des deux m’annonça qu’une hémorragie interne avait eu raison de toi. Je ne voulais pas le croire. Le psy essaya de me faire parler, recracher ma souffrance sans le moindre succès. Je restais inerte jusqu’à ce que l’ambulancier me tendis une petite boite. Il me dit qu’il pensait qu’elle devait me revenir puisqu’elle se trouvait dans la poche intérieure de ta veste. Je la pris entre mes mains, la serrai et l’ouvris. A la vue de son contenu, mes larmes, que je retenais de toutes mes forces, dépassèrent la barrière de mes yeux pour rouler à grand flot sur mes joues. Je craquai. Le psy eu enfin ce pourquoi il était venu.

Cette nuit là, tu avais décidais de m’épouser pour assumer ton rôle de père. Je le compris en ouvrant ce petit boîtier. Il contenait une bague sertie de trois petites pierres. Elle était fine et discrète. Elle aurait du certainement te servir pour me faire ta demande. Comme tu connaissais par cœur toute mon aversion à tout ce qui touche de près ou de loin le mariage, j’imagine combien tu pouvais être nerveux. Si tu avais eu le temps de la faire, je pense que je n’aurais pas eu le cœur de te refuser ma main. Ta maladresse naturelle m’aurait touchée. Je te vois bafouillant, écorchant chacune de tes phrases si longuement préparées, renversant par étourderie tous les objets qui t’empêchaient d’atteindre mes mains.

Cette nuit là, par la faute d’un junky, je perdais ma seule raison de vivre. Chienne de vie ! Tu t’étais sacrifié pour mon bébé. Quelle stupidité ! Tu mourus pour une chose qui n’a pour importance que le fait que tu sois là pour la partager avec moi. Comment avais-tu su pour mon bébé ? Tu devais sans doute avoir surpris une de mes dernières conversations téléphoniques que j’eus avec Cat. J’y parlais de mon bébé et de la joie que j’aurais à le voir naître et grandir. Je me souviens maintenant lui avoir parlé aussi de la fierté que tu aurais à mon égard en apprenant la bonne nouvelle J’imagine qu’à l’écoute de cette rumeur ton sang n’avait fait qu’un tour. J’imagine tout ce qui avait pu te passer par la tête.
Cette nuit là, je te revois caressant mon ventre avec ton sourire de père heureux. Comment aurais-je pu te le dire ? Comment te l’avouer ? Comment te confesser que cet enfant, que tu chérissais déjà au point de sacrifier ta propre vie, n’était qu’un bébé de papier ? Oui ! Tu as donné ta vie pour un simple dossier, le projet de toute une carrière.

* *
*


Depuis cette nuit là, le cauchemar commença. Il fallut faire les démarches administratives, remplir des tonnes de papiers, vider tes placards, voir ta famille, consoler tes parents. Il y eut l’enterrement… Heureusement pour moi Cat ne me lâcha pas. Quelle brave fille ! Quand elle sut pour mes cauchemars, elle me conseilla d’aller voir un psychologue. Elle me disait qu’il m’aiderait à y voir plus clair. Je m’y rendis. Au début ce n’était pas évident. Il n’arrivait à rien. Et un jour je lui racontai enfin mon cauchemar. Dedans j’y revivais toute la scène mais lorsque tu prenais la balle pour moi tu explosais en de petit morceau. Affolée j’essayai de retrouver tous les morceaux pour te reconstituer. Inlassablement je recommençais chaque nuit. Le psy en conclut que je me rendais coupable de ce qui t’était arrivé. Il me dit aussi que si je continuais à culpabiliser ainsi je ne pourrais jamais m’en sortir, que je déclenchais un processus d’autodestruction. Il me conseilla alors que je règle mes problèmes avec toi par l’écriture. Cela devrait me permettre en t’avouant la vérité de pouvoir faire mon deuil.

Voilà pourquoi je t’écris. Voilà pourquoi ce soir je suis à nouveau sur notre pont. Maintenant que tu sais tout, je vais pouvoir t’annoncer une nouvelle. Je pars. Rassure-toi ce n’est pas pour te rejoindre car je te l’ai promis. Je ne sais pas encore pour où mais une chose est sûr c’est que ce sera loin.

Je t’embrasse de tout mon cœur mon grand. Adieu !

Ton amour infini qui ne t’oubliera jamais
Ta petite Marilyn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'Absent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RESOLU] Réseau absent apres chngement de sim
» [AIDE] wifi absent...
» Je suis absent une semaine
» Sera absent (ou quasiment ) pour cause de BAC
» Lettre à l'absent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Venez apprendre à écrire! :: Divers et variés :: Ce que j'écris-
Sauter vers: