Venez apprendre à écrire!

Des exercices quotidiens pour apprendre à écrire ou développer un talent naturel.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 tentative d'écriture!

Aller en bas 
AuteurMessage
Flavia
Admin
avatar

Nombre de messages : 220
écrivain fétiche : Armistead Maupin, Del Pappas
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: tentative d'écriture!   Lun 27 Fév à 14:34

J’ai envie d’écrire ou plutôt besoin… Mais j’ai un gros problème, j’ai toujours été nulle en rédaction, vous savez, dire plusieurs fois la même chose avec d’autres mots. J’ai jamais su développé mes idées, j’ai jamais écrit plus de 2 pages, quel que soit le sujet… Et mon deuxième problème, c’est que je ne sais pas par où commencer. J’ai essayé plusieurs fois de m’y mettre mais je me suis toujours arrêtée en route. Pourquoi je réessaye encore et encore ? Parce que c’est le seul moyen de ne pas exploser je crois. J’essaie de gérer au maximum tout ce qui peut me tourmenter, mais j’ai plus vraiment personne avec qui en parler et je me rends compte qu’en plus ça me fait pas forcément du bien. Et puis, je suis tellement pleine de paradoxes. Je sais ou en tout cas je crois savoir ce qui me ronge. Mais je ne trouve pas la solution et quand j’ai enfin l’impression de sortir la tête de l’eau, paf, quelque chose me fait replonger. Je sais, pour vous ce que je raconte n’a aucun sens ! Et c’est souvent le cas des gens qui m’écoutent. Mais c’est très « clair » dans ma tête ? Oui, c’est bien un point d’interrogation que vous avez vu ! Et non, je ne suis pas très sûre d’être très claire dans ma tête… Je pourrais faire une confession, me servir de ces pages comme d’un exutoire. Finalement, vous pourriez me servir de psy étant donné que je n’ai pas les moyens de m’en payer un. Et pourtant, je ressens l’urgence de ce genre de travail à ce point de ma vie. Tout est flou. Ce qui est étrange, c’est que je SAIS ce que je veux mais je ne sais pas comment l’obtenir. Je veux une belle vie avec l’homme que j’aime, celui qui partage ma vie en ce moment mais j’ai tendance à tout foutre en l’air régulièrement avec ma parano et mon manque de confiance en moi. Alors que je sais tout au fond de moi qu’il m’aime vraiment et que si il est encore là malgré tout c’est qu’il le veut non ? Je crois, j’espère… Je SAIS que le métier que je suis en train d’apprendre est VRAIMENT celui que je veux faire, et pourtant je me débrouille régulièrement pour tout faire foirer. Comme si le fait de rater était finalement la solution la plus simple plutôt que de se battre pour ce qu’on aime. Vous savez, s’allonger et attendre… Attendre que le temps passe, que la vie passe, que la mort vienne peut être… En ce moment c’est un peu ça mes solutions, la facilité. Quitter celui qui fait battre mon cœur pour ne plus avoir à apprendre à gérer mes angoisses, ne plus gérer la peur de le perdre, la peur que tout s’arrête… Ne pas travailler et le rater ce *censuré* de concours et utiliser ce prétexte pour faire quelque chose de pratique et de totalement inutile de ma vie. Ne plus me laisser le choix ou plutôt me dire que le seul choix que j’avais c’était de crever seule et de faire un métier que je déteste. Mais voilà, quand je pense à ma vie sans lui, j’ai un truc bizarre et douloureux qui se manifeste au creux de mon ventre. Quand j’imagine ma vie sans musique… non, j’arrive pas à imaginer ma vie sans musique… Seulement voilà, j’ai 30 ans et je suis une éternelle étudiante, je n’ai pas les diplômes qui pourraient me permettre enfin de vivre de mon métier, qui me permettrait enfin de ne plus dépendre d’institutions où on ne peut pas encore s’exprimer comme on en a envie. Un jour, madame mon professeur de piano de mon ancien conservatoire, pendant une préparation de concours pour mon prix, m’a dit :
« Pour l’instant, tu passes des concours alors, tu suis la ligne, quand tu auras tout réussi, tu pourras jouer comme tu veux ! » Je pense que ça résume bien tout ! Enfin, tout ce qui peut m’angoisser, me torturer, me bloquer, mon envie d’émancipation. Allez, il faut que j’aille lutter contre moi-même et travailler pour la préparation de mon concours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apprentis-ecrivains.cultureforum.net
Flavia
Admin
avatar

Nombre de messages : 220
écrivain fétiche : Armistead Maupin, Del Pappas
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: tentative d'écriture!   Lun 27 Fév à 14:34

Voilà un de mes grands paradoxes. J’ai envie de travailler, j’ai envie de le réussir ce concours, pas que pour moi, aussi pour que les gens dans ma vie soient fiers de moi, pour être fier de moi, pour arrêter de culpabiliser de ne pas pouvoir subvenir seule à mes besoins, de devoir encore dépendre de mes parents ou de mon homme, de ne pas avoir vraiment du boulot, de passer mes journées seule à la maison et de n’avoir rien d’intéressant à raconter le soir, de ne jamais voir personne, et je culpabilise parce que je ne suis pas là le soir quand il rentre, que le repas n’est pas prêt, ou la maison pas assez bien rangé, et moi pas assez jolie, trop grosse… Alors qu’il ne m’a jamais rien demandé dans ce sens… Je viens donc de m’approcher de mon piano, pour travailler mes morceaux pour le concours justement. Et voilà que mes yeux ont décidés que non, que je n’y verrais rien. Ils sont devenus douloureux. Et voilà, je ne sais pas si je vais arriver à travailler du tout aujourd’hui. Je me dis régulièrement qu’à force de lire mes partitions sous des lumières artificielles et que le manque de soleil de la région a beaucoup joué sur e déclin de ma vue, mais je sais pas si il n’y a pas un peu de somatisation là-dessous, un moyen de dire, si je ne me suis pas assez préparée, c’est pas que je suis nulle, c’est que j’ étais pas en très bonne forme… J’étais physiquement diminuée, c’est pas ma faute… Qu’est-ce qui se passe, vous pouvez me le dire ? Parce que moi je ne comprends plus rien, vraiment plus rien… Mon conscient veut réussir mais mon inconscient m’en empêche. J’essaie de ne pas penser à la mort parce que c’est trop facile et que je suis pas une perdante, parce que je sais que je suis plus forte que ça, parce que je sais que je peux trouver l’énergie pour lutter, parce que je ne suis pas du genre à baisser les bras, parce que personne n’a dit que la vie était facile (c’est ce que je dis à mes élèves !) et parce que je ne veux pas me regarder un jour et détester ce que je vois. Déjà que je suis pas très très fan de moi en ce moment… J’ai 30 ans et je ne suis toujours pas fixée, professionnellement parlant j’entends. Je ne sais pas ce que sera mon avenir et je flippe. Tout me fait flipper de toute façon. Le moindre petit obstacle et je me dis que ça ne vaut pas la peine étant donné que c’est perdu d’avance. J’ai toujours détesté dépenser mon énergie pour quelque chose que de toute façon j’allais rater. Je sais, c’est très négatif comme attitude et en se disant ça on rate vraiment ce qu’on aurait pu réussir. Je l’ai appliqué à tout. Concours, hommes, tout… Et je suis peut-être passée à côté de pleins de choses que j’aurais du vivre… Et cette fois il ne faut pas que je lâche. Il y a pleins de choses que j’applique et qu’il faut que je laisse tomber. Comme voir des signes partout. Croire que voir un mec retourner avec son ex dans un film veut dire que le mien va me quitter. Croire que si au bout de vingt fois ma photo n’apparaît pas sur un écran (longue histoire…) ça signifie que mon histoire est finie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apprentis-ecrivains.cultureforum.net
Flavia
Admin
avatar

Nombre de messages : 220
écrivain fétiche : Armistead Maupin, Del Pappas
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: tentative d'écriture!   Lun 27 Fév à 14:35

Je sors du cinéma. « fauteuils d’orchestre », les histoires croisées d’un pianiste fatigué, d’une actrice stressée, d’un vieux collectionneur malade, de son fils, et d’une jeune provinciale fraîchement débarquée sur Paris. J’ai oublié de préciser ce que je fais dans la vie. Je suis pianiste, professeur à ses heures et apprentie accompagnatrice. De là à dire que ce film m’a parlé, voire même fait beaucoup réfléchir, il n’y a qu’un pas. Je vais pas tout vous raconter, je vais surtout vous parler du pianiste parce que c’est forcément celui auquel je me suis le plus identifiée. Donc, c’est un pianiste internationalement connu, qui a voué sa vie à la musique et au concert, qui est sous contrat pour des années pour des concerts un peu partout dans le monde. Il fait ce qu’il sait le mieux faire et ce qu’il aime le plus au monde. Et pourtant, il en a marre. Pas marre de jouer du piano, non, on ne pourrait pas vivre sans ça ou alors totalement au bord de la dépression et du suicide. Non, ce dont il a marre, c’est tout ce qu’il y a autour, tout ce qui fait que le monde de la musique classique a une image un peu ringarde, petit bourgeois, coincée. Le fait que, étant donné qu’on est des classiqueux, on ne doit pas mal parler, mal s’exprimer, écouter du rock, on doit toujours être très bien habillé. Mais voilà, il commence à étouffer dans ce modèle, dans ce carcan, il en a marre de la tenue de pingouin. Mais voilà, on a fait de notre plus grande passion notre métier, notre mode de vie, et à cause de ça, on a pas le droit, pas le droit d’en avoir marre, pas le droit de, de temps en temps, ne pas aimer ce qu’on fait, pas le droit de vouloir changer quelque chose, pas le droit… juste pas le droit. Parce que pour le reste des mortels, on représente un rêve. Tout le monde voudrait être à notre place et du coup, tout le monde nous en veut si on dit que finalement, c’est pas tant le pied que ça. Il y a des réalités qu’on ne connaît pas forcément. On commence à jouer d’un instrument, à faire de la musique très jeune en général. On fait ça toute notre vie. On est soumis à une discipline très difficile, on n’a pas vraiment de week-ends, pas vraiment de vacances parce qu’on doit entretenir physiquement les doigts, les lèvres (pour les instruments à vent). On passe des heures et des heures et des heures afin d’atteindre un niveau technique et musical suffisant pour justement être payé. On passe minimum un concours par an, on est sous pression constante, pour ceux qui deviennent solistes et font régulièrement des concerts, ça continue parce qu’ils doivent être en permanence à la hauteur des espérances, des attentes du public, des critiques, de tous. On n’a jamais vraiment de répit. Et les rares fois où on s’autorise des pauses, croyez-moi, on passe la journée à culpabiliser parce qu’on est pas en train de travailler ! C’est moralement épuisant parfois. Et je crois que je suis arrivée au bout de mes ressources…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apprentis-ecrivains.cultureforum.net
Flavia
Admin
avatar

Nombre de messages : 220
écrivain fétiche : Armistead Maupin, Del Pappas
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: tentative d'écriture!   Lun 27 Fév à 14:35

Un autre jour se lève. Hier soir a été l’apogée de ma descente dans les abîmes de la dépression. Je prends tout mal. Je ne supporte plus rien, même pas de rater mes œufs au plat. Mais c’est en général à la suite d’une grosse crise comme celle-la que j’arrive à me ressaisir et à relancer la machine. Défaut d’organisation, c’est ça le problème. Arriver à tout gérer, savoir trouver l’équilibre entre le travail et le moment de récupération, trouver le moyen de se changer les idées, trouver ce qui va m’aider à recharger les batteries. Et surtout ne pas oublier ma vie privée. Mon homme me répète régulièrement de vivre ma vie pour moi mais je ne veux pas avoir à le mettre de côté, je ne veux plus ne vivre que pour le piano. C’est pas le premier concours que je passe et il m’est arrivé de ne faire que ça de mes journées : levée 8h, piano de 9h30 à 12h30 puis repas puis re-piano de 14h à 18h les jours fastes. Puis repos, dîner à 19h et couchée à 20h30 avec extinction des feux à 22h au plus tard et hop, le lendemain, rebelote… Et comme ça tous les jours, les week-ends, les vacances, pendant des mois et des mois. Je ne voyais personne, je mettais pratiquement jamais le nez dehors. Et je ne veux plus vivre ça, parce que c’est pas ça la vie dont je rêve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apprentis-ecrivains.cultureforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: tentative d'écriture!   

Revenir en haut Aller en bas
 
tentative d'écriture!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma tentative d'écriture...
» [SOFT] Zone d'écriture sur le HD2
» Des ateliers d'écriture dans vos régions
» activer la saisie prédictive lors de l' écriture d'un texte
» couverture d'album, porte carte, carnet d'écriture ...1 mai 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Venez apprendre à écrire! :: Divers et variés :: Ce que j'écris-
Sauter vers: